N° 33 (janvier 2009)
Camus et les libertaires


« Les opprimés ne veulent pas seulement être libérés de leur faim,
ils veulent l’être aussi de leurs maîtres.Ils savent bien
qu’ils ne seront effectivement affranchis de la faim
que lorsqu’ils tiendront leurs maîtres,tous leurs maîtres, en respect. »

Albert Camus


Articles publiés dans cette rubrique

lundi 1er février 2010
par  F.G.

Au sommaire de ce numéro

Camus et les libertaires
Présentation
Une commune idée de liberté (Arlette Grumo) … à propos de l’ouvrage Albert Camus et les libertaires 1948-1960 (écrits rassemblés et présentés par Lou Marin)
Albert Camus et la revue « Témoins » (Charles Jacquier)
Discussion avec Albert Camus (André Prunier) (...)

lundi 25 janvier 2010
par  F.G.

Camus et les libertaires : présentation

Il faut imaginer Camus hors les murs où la critique littéraire, cette gueuse, l’a confiné. Il faut l’imaginer, par exemple, devisant entre copains dans un pauvre local, discutant dans l’arrière-salle d’un bistrot enfumé, fréquentant une librairie de fortune, arpentant les travées d’une Bourse du travail (...)

lundi 25 janvier 2010
par  F.G.

Une commune idée de liberté

■ Lou MARIN (écrits rassemblés et présentés par)
ALBERT CAMUS ET LES LIBERTAIRES (1948-1960)
Marseille, Égrégores Éditions, 2008, 366 p.
On n’imagine plus, aujourd’hui, ce que fut ce temps du soupçon et des basses œuvres, et pas davantage ce que l’infernale logique de la nécessité historique produisit (...)

lundi 25 janvier 2010
par  F.G.

Albert Camus et la revue « Témoins »

Commençons par une citation : « N’appartenant à aucun parti, et fort peu tenté pour le moment d’entrer dans aucun, il me semble que ce serait donner son sens à notre réunion de ce soir si je parvenais à rendre claires en quelques phrases les raisons qui m’ont conduit à cette tribune. Pour bien situer (...)

lundi 25 janvier 2010
par  F.G.

Discussion avec Albert Camus

IL Y A QUELQUE TEMPS, les Étudiants anarchistes demandèrent à Albert Camus de venir leur parler, dans une salle des Sociétés Savantes, sur un thème d’intérêt commun – tel que la peine de mort ou la violence révolutionnaire.
L’auteur de La Peste accepta, pourvu que la salle fût petite, que l’accueil fût (...)